Mali, le temps des assassins

03 - Avril - 2019

Lorsque j’ai appris le massacre perpétué il y a quelques jours dans un village peulh du centre Mali, à Ogossagou, j’ai été horrifié. Les victimes sont toutes des civils de la communauté peulh et les assassins habillés en tenue de chasseurs traditionnels ont tué indistinctement des hommes, des enfants et des femmes, dont certaines enceintes ont été éventrées.

On raconte que certains habitants ont été brûlés vifs tandis que d’autres étaient jetés dans des puits alors que les assaillant brulaient les cases sur leur passage. Aux dernières nouvelles les tueurs appartiendraient à des milices armées de Dan Nan Ambasagou, dirigées par Youssouf Toloba.

Les autorités maliennes ont détaché sur place des militaires tandis que le gouvernement « a condamné un acte odieux » et s’est engagé « à traquer les auteurs de cette barbarie d’un autre âge ». Des mots, rien que des mots, car en réalité le gouvernement malien considère les peulh comme un foyer Jihadiste dans le Sahel.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce type d’agression d’une grande sauvagerie a lieu. D’autres attaques d’envergure se sont déjà produites en début d’année, en particulier celle du 1er janvier ou trente-sept civils ont été tués à Kologo. Et on évoque de plus en plus une forme de complicité entre l’armée malienne et des milices Dogon.

Les tensions entre éleveurs peulh et agriculteurs dogons ne datent pas d’hier mais il reste à espérer que de tels carnages cessent et que les habitants de la région puissent vivre et travailler en paix, dans la sécurité.
Il est en effet inadmissible que de tels « raids punitifs » meurtriers se produisent au 21e siècle. Nous, dirigeants politiques, avons une responsabilité importante dans ces évènements car notre engagement consiste précisément à lutter contre l’insécurité, endiguer la misère, favoriser la paix et la prospérité des peuples.
Ces dramatiques évènements nous rappellent combien la paix, l’unité nationale, le niveau de vie des individus, sont choses fragiles. Cela ne doit pas nous décourager quitte à remettre cent fois l’ouvrage sur le métier. L’indifférence est un crime, elle a permis aujourd’hui le massacre des peulh.

Ibrahima Thiam,
Président d’UN AUTRE AVENIR

Dernières actualités :

12 - Septembre - 2019

INSTITUT SAINTE-JEANNE D’ARC : UNE CONTROVERSE INUTILE ET DANGEREUSE

Une controverse est en train de naître au Sénégal qui à mon sens n’a pas lieu d’être et risque d’enflammer inutilement les esprits dans une période où notre pays a besoin plus que jamais...

11 - Septembre - 2019

La mort de R. Mugabe doit nous inspirer quelques réflexions

La mort à l’âge de 95 ans de Robert Mugabe, « Bob » pour les intimes, qui dirigea durant 37 ans d’une main de fer dans un gant d’acier l’ex-Rhodésie devenue Zimbabwe depuis...

05 - Septembre - 2019

Quand l’Eldorado Sud-Africain est en proie à la xénophobie

On a longtemps considéré à juste titre l’Afrique du Sud comme le pays le plus riche du continent africain. Le revers de la médaille c’est que cette première puissance industrielle accueille de nombreux...

03 - Septembre - 2019

Que retenir du G7 de Biarritz ?

A l’heure ou le G7 a refermé ses portes à Biarritz que retiendra-t-on de la visite, en tant qu’invité, de Macky Sall chef d’État sénégalais ? L’occasion était belle pour lui dans le...

14 - Août - 2019

" Embastiller " Adama Gaye est un mauvais coup porté à la démocratie sénégalaise

J’ai déjà eu l’occasion il y a quelques temps d’évoquer la situation de Adama Gaye notre ami journaliste sénégalais victime depuis quelques temps des manœuvres d’intimidation du pouvoir....