GRACE PRESIDENTIELLE POUR KHALIFA SALL : UN PIEGE GROSSIER

04 - Octobre - 2019

Je me suis exprimé à plusieurs reprises sur le jugement inique qui a été prononcé à l’encontre de Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar, et de son incarcération. Je me réjouis donc particulièrement de son élargissement aujourd’hui.

Cette grâce, prononcée par Macky Sall, dimanche, était attendue. Mais il ne faudrait surtout pas la voir comme une faveur accordeur, une libéralité du chef de l’Etat. Ce n’est qu’une décision de justice qui répond à une injustice.

Il ne faut pas y voir là davantage un acte de générosité mais bien plutôt la réparation d’un préjudice grave subi par Khalifa sall qui a été, rappelons-le, condamné indument à 5 ans de prison en mars 2017 et qui était détenu depuis lors à la prison de Rebeuss.

En réalité cette grâce révèle toute la supercherie d’un chef d’Etat qui a mis à l’ombre un opposant gênant et qui une fois l’élection passée n’a plus de motif de le retenir prisonnier dans ses geôles.

Le scandale demeure donc car il illustre les manœuvres utilisées par un pouvoir autoritaire pour museler l’opposition.

Cette décision aussitôt connue a été présentée comme « un geste d’apaisement » de nature à favoriser le dialogue politique, un geste qui fait suite à celui de vendredi dernier lorsque Macky Sall a échangé une poignée de mains avec Abdoulaye Wade lors de l’inauguration de la nouvelle grande mosquée mouride Massalikoul Djinane. Ce n’est là que de la poudre aux yeux !

Et cela ne doit pas faire illusion, nous leurrer, car le principal intéressé, Khalifa Sall n’a, en ce qui le concerne, demandé aucune grâce, pas plus qu’il n’a formulé une demande d’amnistie, ce qui serait reconnaître qu’il était coupable. Cela reviendrait aussi, comme il le dit lui-même, à « couvrir les forfaitures de Macky Sall ». Aujourd’hui, alors que tous ses mandats ont été révoqués, Khalifa Sall, rétabli dans ses droits civiques, est de nouveau libre de ses mouvements et ne manquera pas de faire entendre sa voix, une voix plus forte que jamais.

En prétendant aujourd’hui vouloir « décrisper et consolider la paix sociale » Macky Sall joue les pyromanes pompiers, celui qui après avoir soufflé sur les braises en embastillant ses opposants politiques à la veille d’une consultation électorale, joue au grand seigneur une fois passée l’élection présidentielle tronquée. Grandeur d’âme ? En aucun cas.

Personne n’est dupe d’une telle manœuvre et l’opposition se gardera bien de tomber dans le piège de cette fausse main tendue par un président qui ne manquera pas au fil des mois à venir de recourir à des stratagèmes de plus en plus grossiers pour asseoir son pouvoir.

Ibrahima Thiam

Président d’UN AUTRE AVENIR

Dernières actualités :

10 - Octobre - 2019

Sonko est arrivé !

Pourfendeur de la corruption, Ousmane Sonko fait figure au Sénégal de justicier, d’où ce titre « Sonko est arrivé » comme un clin d’œil au 7 e art et au célèbre justicier...


19 - Septembre - 2019

« Une histoire générale du Sénégal », déjà des contestations !

Voici quelques temps, précisément en 2013, à la demande des autorités sénégalaises un groupe d’universitaires a entrepris de réaliser une encyclopédie en vingt-cinq volumes sous le titre...

12 - Septembre - 2019

INSTITUT SAINTE-JEANNE D’ARC : UNE CONTROVERSE INUTILE ET DANGEREUSE

Une controverse est en train de naître au Sénégal qui à mon sens n’a pas lieu d’être et risque d’enflammer inutilement les esprits dans une période où notre pays a besoin plus que jamais...

11 - Septembre - 2019

La mort de R. Mugabe doit nous inspirer quelques réflexions

La mort à l’âge de 95 ans de Robert Mugabe, « Bob » pour les intimes, qui dirigea durant 37 ans d’une main de fer dans un gant d’acier l’ex-Rhodésie devenue Zimbabwe depuis...