Législatives : Un camouflet pour Macky Sall

08 - Août - 2022

Si Macky Sall n’a bien qu’un seul motif de se réjouir du scrutin du dimanche 31 juillet c’est le taux de participation, même si celui-ci est loin d’atteindre les résultats qu’on est en droit d’espérer en démocratie. Ne dit-on pas « faute de grives, on mange des merles ».

Pour le reste ces élections législatives constituent un camouflet pour le chef de l’Etat. A double titre, car ce vote, au-delà de condamner sa politique, sanctionne sa personne et l’oblige à renoncer à un troisième mandat. Il en rêvait et les sénégalais lui ont signifié son bon de sortie en 2024.

Pour la première fois depuis l’indépendance du Sénégal, voici soixante ans, le président a perdu la majorité absolue à l’Assemblée nationale et il ne l’emporte sur l’opposition que d’une courte tête. Ce fait est historique et il n’y a pas là de quoi pavoiser après douze ans de pouvoir absolu. Il lui faudra désormais pour les deux ans à venir palabrer avec quelques députés qui ne manqueront pas d’aller à la soupe s’il veut faire passer certains textes de loi.

Plus que de compromis, il s’agira de compromission.

Ce résultat témoigne aussi de l’état de décomposition politique dans lequel il s’apprête à laisser le pays. Par son inaction il a permis la montée en puissance de Yewwi Askan Wi avec le Pastef d’Ousmane Sonko, dont les thèses jusqu’au-boutistes sont inquiétantes pour l’avenir du Sénégal et exhumé un fantôme, Abdoulaye Wade, âgé de 96 ans avec sa coalition Wallu Sénégal. En clair il a très directement favorisé un responsable politique radical et un homme du passé. Il n’a pas de quoi être fier, ni parader.

Ce résultat conforte l’analyse que je porte depuis quelques années avec mon mouvement « Un Autre Avenir » et mon engagement à proposer dans deux ans une alternative au pays. Quel serait en effet l’avenir du Sénégal avec un homme qui a été à l’origine d’émeutes populaires qui ont fait voici quelques mois de nombreuses victimes parmi la population, je veux parler d’Ousmane Sonko ? Et quel serait l’avenir de la jeunesse avec un vieillard, où son prête-nom, dont le futur se conjugue au passé et à l’imparfait.

Nous avons deux ans avec mes amis pour offrir aux sénégalaises et aux sénégalais un autre chemin que ces deux voies sans issue. A nous d’offrir à nos compatriotes des perspectives d’avenir en matière de développement économique, de protection sociale, de santé, d’éducation et de formation, de sécurité. Deux ans pour proposer des solutions d’emploi à nos jeunes, en particulier par la création d’entreprises, afin qu’ils restent au pays et ne choisissent plus les routes de l’exil, deux ans pour que les femmes trouvent leur juste place dans notre société. Deux ans pour éviter que le pays ne soit plongé dans une aventure sans lendemain. Les sénégalaises et les sénégalais méritent mieux que l’offre politique qui leur est aujourd’hui proposée, dangereuse pour l’une et anesthésiante pour l’autre, deux ans pour leur offrir un autre avenir.

Nous avons deux ans, le compte à rebours est lancé, il n’y a plus une minute à perdre.

 

Ibrahima Thiam
Président du mouvement un Autre Avenir

Dernières actualités :

19 - Septembre - 2022

Premier ministre : Macky Sall accouche d’une souris

Il avait supprimé le poste en 2019 et il l’a restauré ces derniers jours, en invoquant ses fonctions de président en exercice de l’Union africaine depuis le mois de janvier de cette année. La belle excuse. Il...

14 - Septembre - 2022

La 14e législature s’ouvre sur un coup de force !

Cela fait plusieurs mois que j’alerte l’opinion publique sur la montée des tensions dans notre pays, certains élus et responsables politiques, de la majorité comme de l’opposition, ne sont d’ailleurs pas...

20 - Août - 2022

Ousmane Sonko, un aventurisme inquiétant !

Pour ceux qui en doutaient encore, c’est désormais chose faite, Ousmane Sonko, président du PASTEF et membre à part entière de l’inter-coalition Yewwi Askan Wi – Wallu Sénégal, qui vient...

14 - Août - 2022

Ni Macky Sall, ni Ousmane Sonko

Renvoyer dos à dos le régime politique calamiteux de Macky Sall et le radicalisme politique de Sonko est plus qu’une urgence politique à prendre au sérieux par les sénégalais avant les présidentielles...

Je participe à un évènement
Je rejoins un comité local